Vivre dans une tiny house en France

Le mouvement des tiny house est récent dans la culture française. En effet, naît aux États-Unis, les tiny house ont su conquérir le cœur des individus souhaitant se tourner vers un mode de vie plus simple et plus respectueux de l’environnement.  

Mais qu’en est-il des logements alternatifs en France concernant la législation mais aussi les coûts de construction. Avant de vous lancer dans la construction d’une tiny house, il est important de se renseigner auprès de professionnels afin d’avoir leurs conseils sur la construction mais également l’ensemble des démarches administratives liées à ce logement. 

Tiny house France, quel est le prix ?

Comme pour la plupart des logements, les prix de construction varient en fonction des options ou des modèles que vous choisissez. Dans le cas de la tiny house, les prix varient par rapport à votre projet, on parle alors d’auto-construction, de l’achat d’une coque ou d’une tiny house clé en main. 

Cependant, il est possible de donner une fourchette concernant le tarif d’une tiny house, le prix moyen se situe entre 15 000 et 50 000 euros selon la superficie, les matières premières, etc …Certaines entreprises ont su se faire une plac sur le marché de la réalisation de ces petites maisons, mais elles peuvent aussi vous accompagner tout le monde de votre projet d’auto-construction ou de sur-mesure. 

Vous pouvez vous demander s’il est possible de trouver des tiny houses d’occasion, toutefois le marché français est trop récent pour avoir une offre importante. Mais vous pouvez tenter votre chance si vous possédez un petit budget. 

Pour faciliter la construction de votre tiny house, il est possible de trouver des plans sur internet proposés par des Tiny Housers gérant des blogs ou faisant partie de communautés de tiny houses. Vous pourrez alors partager vos conseils et vos expériences.

Tiny house France, toute la réglementation

Ces logements écologiques doivent respecter de nombreuses règles afin de pouvoir être considéré comme un logement mais aussi pour la sécurité de ses propriétaires. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de propriétaires de tiny house mais aussi de votre constructeur afin de ne rien oublier. 

Tiny house comme résidence principale 

Si votre projet de construction est dans le but de vous offrir une habitation permanente, il sera obligatoire de vous tourner vers la loi ALUR qui donne le droit aux mairies d’accepter ou non votre construction mais aussi l’installation de celle-ci.

Mise en place en 2014, cette loi a permis le traitement par les mariés de toutes les formes de logement non bâties. En effet, avant la création de cette loi, certaines habitations étaient hors du champ législatif. Ainsi, les caravanes mais aussi les tiny houses et d’autres habitats ont pu être prises en considération. 

La loi ALUR prévoit que l’ensemble des terrains ayant pour but l’installation de résidences démontables ou mobiles soient soumis à une déclaration ou un dépôt de permis d’aménagement. De plus, les terrains doivent être raccordés aux réseaux de distribution d’eau, d’assainissement et d’électricité.

Afin d’obtenir un accord, les propriétaires doivent contacter ou se rendre en mairie. Afin d’avoir le plus de chance d’avoir un accord avec celle-ci, il faudra respecter la charte à la salubrité, aux réseaux mais également prouver l’origine des matériaux utilisés dans votre construction. Si vous venez à vous installer plus de 3 mois au même endroit, il est obligatoire de déposer une déclaration de travaux en mairie.

Tiny house comme résidence secondaire

La réglementation est différente si votre tiny house devient une résidence secondaire. La loi limite le temps de séjour à trois mois dans l’année pour les habitations dites temporaires. Dans ce cas, la tiny house est considérée comme une habitation légère de loisir et ne nécessite aucune autorisation pour son installation sur un terrain. 

Si vous souhaitez loger plus longtemps sur un terrain, vous devrez alors obtenir une autorisation auprès de la mairie. 

Emplacement tiny house

Lors de l’installation d’une tiny house, vous avez la possibilité entre différents types d’emplacement. Vous avez la possibilité de vous fixer sur une propriété privée mais comme nous avons pu le signaler avant, vous ne pourrez rester que durant trois mois sur cet emplacement sans déclaration. Dans le cas où vous souhaitez prolonger votre séjour, il faudra faire une demande d’autorisation auprès de la mairie.

Il est également possible de louer un terrain. Néanmoins, il est nécessaire de faire le terrain et le propriétaire est conforme aux règles d’urbanisme. De plus, soyez attentif lors de votre choix à l’accès au terrain mais aussi aux termes du contrat de location afin que vous n’ayez pas de mauvaises surprises durant votre séjour. 

Tiny house france, la législation concernant la taille

Taille d’une tiny house

Pour que votre habitation soit considérée comme une tiny house, il est primordial qu’elle réponde à certaines caractéristiques pour ne pas être classée comme convoi exceptionnel. Ainsi la construction doit répondre à des dimensions précises : 

  • Largeur de moins de 2m55
  • Hauteur de moins de 4m50 
  • Poids inférieur à 3,5 tonnes

Tout comme les dimensions, il est nécessaire d’être propriétaire du permis BE afin de déplacer librement la tiny house. Tous ces détails peuvent être vérifiés lors de vos différents déplacements par les forces de l’ordre, vous devez alors pouvoir justifier de la taille et de votre permis par les papiers fournis par votre constructeur. 

Partagez cet article !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux.

Des articles qui pourraient vous intéresser...