Acheter une tiny house d’occasion

Qui n’a jamais entendu parler des tiny houses, ces maisons minuscules tout en bois, et perchées sur des roues ?

Cet engouement pour ce type d’habitation est tout récent, puisqu’il n’a vu le jour aux États-Unis qu’au début des années 2000. Cela ne fait d’ailleurs que peu de temps qu’il prend de l’ampleur sur le sol français.

Aujourd’hui, il est possible d’acheter aussi bien une tiny house toute neuve qu’une tiny house d’occasion. Acheter une tiny house d’occasion peut comporter de nombreux avantages.

Découvrez en plus sur qu’est-ce qu’une tiny house avec notre article sur le sujet !

Avantages de la tiny house d’occasion

Tout d’abord, une tiny house d’occasion est sans conteste un choix qui peut amener de véritables économies de budget. C’est également un gain de temps considérable, puisqu’elle est déjà construite.

Choisir une tiny house d’occasion, c’est donner une seconde vie aux matériaux. Un parti pris écologique qui ne manquera pas d’en séduire plus d’un !

Inconvénients d’une tiny house d’occasion

En revanche, quelques éléments sont à prendre en compte au moment de l’achat de votre tiny house d’occasion. Puisqu’elle est déjà conçue, vous n’aurez pas l’opportunité choisir les matériaux qui ont été utilisés, ni même la manière dont elle a été aménagée.

Elle peut également laisser paraître des traces d’usure, ce qui est normal dans le cas d’une tiny house d’occasion !

Bien choisir sa tiny house d’occasion

Il est essentiel de bien vérifier la tiny house que l’on souhaite acheter avant de sauter le pas. Mais que faut-il prendre en compte et comment être sûr qu’on fait le bon choix ?

Dimensions

Premièrement, il est important de déterminer la surface minimale dont vous souhaitez disposer. Tout en gardant bien évidemment à l’esprit que dans le cas d’une tiny house, l’espace restera tout de même restreint. En effet, la tiny house est le plus souvent une maison sur remorque, et en tant que telle, elle est soumise à des réglementations strictes.

Outre les dimensions, c’est également au poids qu’il est important de faire attention. Il est également soumis à des réglementations.

Isolation

Vivre dans une tiny house s’inscrit le plus souvent dans une démarche écologique. Il est donc important non seulement de s’intéresser aux matériaux utilisés lors de la construction de votre tiny house d’occasion. Au-delà de la démarche vis à vis des matériaux naturels (les tiny houses sont en bois), c’est à la partie isolation qu’il est essentiel de s’intéresser.

Renseignez-vous sur les différentes réglementations thermiques, et optez pour une tiny house qui pourra répondre à vos attentes dans sa consommation d’énergie (possibilité d’installer des panneaux solaires, etc).

Si le bois est un excellent isolant, n’oublions toutefois pas qu’il s’agit d’un matériau qui demandera de l’entretien pour une meilleure durabilité.

Le remorquage

La remorque de votre tiny house est soumise à la réglementation routière. En tant que telle, elle se doit d’être sécurisée et il est essentiel de vous en assurer au moment de l’achat de votre tiny house d’occasion. Vérifiez la présence de rouille, l’état et le nombre d’essieux, etc.

Budget de la tiny house d’occasion

La plupart des acheteurs d’une tiny house d’occasion plutôt que d’une neuve sont encouragés par l’aspect économique. Au moment de votre achat, prenez tous les éléments cités un peu plus haut en compte. Il est important de savoir que le prix d’une tiny house a du mal à descendre. Ce type d’habitation perd en effet difficilement de la valeur. Il est toutefois possible de trouver des offres intéressantes.

Réglementation

Pour vivre dans une tiny house en France, il existe un certain nombre de réglementations. La loi Alur, ou encore la loi Duflot II ont permis de définir plus précisément le statut des tiny houses, jusqu’alors considérées au même titre que les caravanes.

La loi Alur prend en compte aussi bien les tiny houses que les roulottes ou encore les yourtes, et tend à permettre une adaptation des réglementations de l’urbanisme pour ce type d’habitats alternatifs. Les tiny houses peuvent ainsi être prises en compte comme des habitats permanents, malgré leur mobilité.

Les tiny houses doivent respecter des règles de construction afin de correspondre aux normes. 

Largeur

Ainsi, une tiny house doit avoir une largeur de 2,55 mètres maximum. Il est possible de pousser jusqu’à 3 mètres, mais cela requiert une autorisation de la préfecture pour “convoi exceptionnel“.

Longueur

En longueur, la remorque de votre tiny house ne doit pas dépasser les 12 mètres, sachant que la longueur maximale acceptée pour la remorque + le véhicule d’attelage est de 18 mètres.

Hauteur

S’il n’y a pas de limites imposées pour ce qui est de la hauteur de la tiny house, il faut tout de même noter que la plupart des routes sont destinées aux véhicules de maximum 4,3 mètres de hauteur. Ne pas respecter ce maximum peut être un frein dans vos déplacements.

Poids

Pour ce qui est du poids, il est lié au permis qui vous a été accordé. Avec une remorque de moins de 750 kg, le permis B est suffisant.

Si le poids total de votre remorque + votre véhicule d’attelage est de moins de 3 500 kg, le permis B est également suffisant.

Avec une remorque de moins de 3 500 kg et un poids total (remorque + véhicule) de moins de 4 250 kg, le permis B peut suffire dans le cas d’une formation de 7h qu’on appelle le code b96.

Avec une remorque de moins de 3 500 kg et un poids total de plus de 4 250 kg, le permis concerné est alors le permis BE (permis remorque).

Enfin, si la remorque a un poids de plus de 3 500 kg, il s’agit du permis C1E (permis poids lourd avec remorque).

Bon à savoir : toute remorque de plus de 500 kg doit être déclarée à la préfecture et doit posséder une carte grise distincte de celle du véhicule.

Partagez cet article !

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux.

Des articles qui pourraient vous intéresser...